La Mulette: une Moule d’eau douce du Québec

Elle est ma muse d’eau douce. C’est elle qui vit au fond du lac au chalet et dans les rivières et la partie douce du fleuve. La Mulette? Ben oui! C’est son ptit nom. Ce n’est pas une huître, mais bien une moule d’eau douce. Cute, hein? Découvrez-la grâce à 10 faits surprenants.

Mulettes vides trouvées en eaux peu profondes. Venise-en-Québec, été 2020.

SAVAIS-TU QUE…

10 FAITS INTÉRESSANTS SUR LES MOULES D’EAU DOUCE

  1. Leur longévité impressionnante: de 10 à 100 ans!

Incroyable, mais vrai! Elles se reproduiraient jusqu’à l’âge de 60 ans. Les mulettes sont non seulement les plus grandes moules d’eau douce u Québec, mais elle vivent vraiment longtemps. En Belgique, un individu de Margaritiféridés aurait atteint l’âge vénérable de plus de 282 ans!! Pour compter l’âge des mulettes, il suffit de compter les anneaux de croissance dessus, un peu comme on le fait sur un arbre. Te rends-tu compte que la créature que tu tiens dans tes mains ou sur laquelle tu viens de marcher est peut-être plus vieille que toi? #respectonsnosainés

2. Filtreur naturel:

Une mulette peut filtrer jusqu’à 50 litres d’eau par jour! Sa présence est essentielle dans nos cours d’eau et nos lacs pour en assurer la limpidité et la qualité. De fait , elle accumule ainsi dans ses tissus métaux lourds, pesticides, engrais et autres rejets humains. La pollution est d’ailleurs l’une des grandes causes de son déclin.

3. 3 Grands groupes morphologiques et 4 familles principales. Il existe trois grands groupes morphologiques de moules d’eau douce. – les Sphaériidés : très petites( de 2 mm à 2,5 cm). Enfouies dans le sol au fond des cours d’eau, elles passent souvent inaperçues. Une trentaine d’espèce sont présentes au Québec. – les Dreissenidés: composées de 2 espèces exotiques et envahissantes européennes récemment introduites au Québec: la moule zébrée et la moule quagga. – les Mulettes( le nom commun des précieuses que j’utilisent): constituées de 2 groupes: les Margaritiféridés et les Unionidés( mes chouchous!). 23 espèces présentent au Québec.

Autrement dit, nous avons deux grandes familles de moules d’eau douce indigènes au Québec. Des toutes petites et les mulettes, celles qu’on remarque plus. Mes Trésors sur la Plage ne récolte que les coquilles vides d’Unionidés seulement.

4. Au menu: des mulettes! Parmi les fins connaisseurs de cette chair recherchée au goût de vase( #miam ) , notons la loutre de rivière, le rat musqué, le raton laveur et même le castor à l’occasion. Ils se trahissent par les tas de coquilles vident que l’on trouve le long des cours d’eau. Certains poissons se nourrissent également des plus petites mulettes et de leurs larves. *ATTENTION! LES MULETTES SONT NON COMESTIBLES POUR L’HUMAIN ! Elles l’étaient il y a longtemps, mais ne le sont plus maintenant à cause de la pollution.

5. Sexes et leurre Ça y est! J’ai votre attention? 😉 Les mulettes sont sexuées, c’est-à-dire qu’elles sont de sexe mâle ou femelle. L’accouplement se fait sans contact pendant l’été quand les mâles libèrent leur sperme dans l’eau et que celui-ci est capté par les femelles, un peu comme le font certaines plantes en envoyant leur pollen dans les airs. Pour ce qui est du leurre, c’est tout à fait fascinant! Ce comportement/ caractéristique est l’apanage des mulettes femelles. Elles possèdent un appendice imitant à la perfection un petit poisson-appât. Lorsque les œufs fécondés se sont transformés en larve, la mulette femelle sort son faux poisson et le fait frétiller à la manière d’un poisson blessé. Son mimétisme est frappant: dès qu’un gros poisson l’effleure pour le manger, il reçoit des milliers de larves à la gueule.

6. Ses larves parasitent les poissons! En effet, une fois catapultées dans l’eau par la mulette mère, les larves doivent se fixer aux branchies de poisson-hôte pour survivent. Elles y resteront quelques mois, bien oxygénées par le poisson, le temps de grandir suffisamment. #thanksfortheride Elles se détacheront ensuite pour se déposer au fond de l’eau. Ce parasitisme ne nuit pas au poisson. POUR UNE VIDÉO CAPTIVANTE DU PROCESSUS, C’EST PAR ICI!

7. Des moules perlières au Québec Vous avez bien lu! De très petites population de moules perlières (Margaritifera margaritifera) existent encore au Québec. Entre autre, la mulette perlière de l’est vit dans la Rivière Matane qu’on nommait autrefois la Rivière aux perles. Espèce autrefois présente un peu partout en Amérique du Nord, en Europe et en Russie, elle est en fort déclin partout sur le globe et le Québec ne fait pas exception. Depuis les années 1920, ses populations auraient chutées de 60%. D’abord surpêchée pour ses perles, elle face face maintenant à la contamination de son habitat et la diminution des saumons atlantiques dans sa rivière qui sont les poissons-hôtes pour ses larves. Pour visionner un reportage sur les tentatives actuelles de rétablissement de l’espèce, c’est par ici:

8. Marie de Médicis On dit qu’à l’occasion du baptême de son fils Louis VIII, Marie de Médicis aurait porté une robe brodée de 32 000 perles d’eau douce récoltées partout en Europe. Ça vous donne une idée du massacre perpétré pour cette folie vestimentaire…

9. ANIMAL EN VOIE DE DISPARITION = CUEILLETTE INTERDITE Autrefois très répandues, la majorité des populations de mulettes sont désormais en grand déclin au Québec. La pollution de nature humaine, la présence des moules zébrées, ainsi que la disparition des poissons à cause des barrages et de la surpêche sont parmi les causes de son déclin pratiquement généralisé. La situation semble s’aggraver d’années en années.

Ainsi, TOUTES CUEILLETTES OU DESTRUCTION VOLONTAIRE DE MULETTES EST INTERDITE. Comme il est parfois difficile de différencier les nombreuses espèces, vaut mieux ne riens toucher. Toutes les mulettes d’eau douce bénéficient de cette protection au Québec et elles doivent être protégées. Il en va de la santé de nos cours d’eau et de l’équilibre global de ceux-ci.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mulettes-vivantes-copiright-936x1024.jpg.

Mulettes vivantes jetées sur la berge à Venise-en-Québec en 2018. C’était jour de canicule. Je ne sais pas combien de temps elles y sont restées avant qu’on ne les remette à l’eau ma fille et moi. Je ne sais pas non plus si elles ont survécu ou non. Pour lire cette tranche de vie, c’est par ici!

10. RESPECT DES RESSOURCES ET DES LOIS CHEZ MES TRÉSORS SUR LA PLAGE

*****Aucune mulette n’a été prélevée vivante et ne le sera jamais pour les créations Mes Trésors sur la Plage.**** Je ne travaille qu’avec des mulettes déjà vidées par des prédateurs naturels et laissées sur les berges ou en eau peu profonde. Je ne prélève qu’une petite quantité de coquilles vides. Aussi, mon travail d’artisane ne requière que de très petites quantités de mulettes que je mets en valeurs en évitant au mieux le gaspillage.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200705_114838-1024x576.jpg.

Pour ma part, je suis fasciné par l’épaisseur de sa coquille et ses reflets roses et verts iridescents. J’en fais de délicates boucles d’oreille sculptées. Pour les voir, c’est par ici:

Sources:

129.1 p 57-95 (gouv.qc.ca)

(13) Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs – Publications | Facebook

Layout 1 (sepaq.com)

Nos chroniques — Espace Éducation MRNF (gouv.qc.ca)

Moules d’eau douces et moules de mer du Canada : Études de taxonomie, de distribution et de conservation | Musée canadien de la nature

La moule perlière est de retour dans les ruisseaux de Wallonie – Environnement – LeVif

Pour rester à l’affut des nouvelles de Mes Trésors sur la Plage, abonnez-vous!


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.